Accueil > Membres > fiches personnelles

CELERIER Sylvie

par CELERIER Sylvie - publié le , mis à jour le

Professeure de Sociologie

CLERSE - UMR CNRS 8019

Université de Lille 1

Bâtiment SH2 - Bureau 207

59655 Villeneuve d’Ascq Cedex

Tél : 03 20 33 60 26

Contact


Responsabilités scientifiques et administratives

- Responsable pédagogique du Master mention Sociologie et Master 1

Thèmes de recherche

- Négociation de la santé au travail. Cette négociation est spécifique en ce que la dégradation de la santé ou l’usure des corps au travail interroge constamment la frontière que le droit a instituée entre subordination, i.e. l’usage de la force de travail par l’employeur, et mise à disposition du corps des travailleurs (esclavage). Les recherches rendent compte de cette spécificité, de ses montages institutionnels complexes et paradoxaux et tentent de charpenter théoriquement la notion de santé au travail en lien dynamique avec le travail.

- Travail autonome  : les questions portent sur les conditions dans lesquelles des emplois prolifèrent aujourd’hui aux marges du travail salarié et du travail indépendant, hors du périmètre de responsabilité des entreprises bien qu’ils contribuent à leur production. Les institutions salariales y jouent un rôle essentiel en attachant (ou non) des protections et garanties à ces emplois transformant ainsi les frontières du salariat et le salariat lui-même.

Cursus

- 2013, Habilitation à diriger des recherches, Institut d’études politiques de Paris : « Le travail de près. Pour une enquête intranquille du travail »
- 1983 Doctorat troisième Cycle Sciences Economiques, économie du travail, Paris 1 Panthéon-Sorbonne
- 1978 Maîtrise Sciences économiques, Paris 1 Panthéon-Sorbonne
- 1977 Licence Sciences économiques, Paris 1 Paris

Enseignement

L1 (20hCM) : Enjeux sanitaires et sociaux
L3 (18h CM) : Politiques sociales
M1, (35h CM) : Épistémologie des sciences sociales.
M2 META-PPLS (9 CM) : Santé et travail
L1 (22hTD) : Méthodologie du travail universitaire (2014-2015.
Encadrement mémoires L3, M1, M2 et comité de suivi de thèse.

Publications récentes

2016, « Activité ou salariat ? Nouons une controverse autour du travail », Sociologie et sociétés, n°48-1, numéro spécial sur les activités de travail, à paraître en juin (pagination à venir).
2016, « Les apports obliques de la sociologie à l’étude des travailleurs indépendants », contribution au rapport pour le Premier ministre sur l’évolution des emplois non-salariés du Haut conseil sur le financement de la sécurité sociale, septembre.
2016 avec Alberto Riesco et Pierre Rolle, « Une indépendance équivoque : les nouveaux statuts des indépendants espagnols et français », Revue Française de Socio-Économie , décembre (pagination à venir)
2015, avec Anne-Sophie Bruno & Nicolas Hatzfeld, « L’Anact une fabrique des conditions de travail », Santé et Travail, n°90, p50-51
2014, (dir), Le travail indépendant. Statut, activités et santé , Paris, Éditions Liaisons sociales
2014, « La belle vie désespérée des agriculteurs ou les incertitudes des implications mentales du travail », Études Rurales, n° 193, janvier-juin, pp 25-44.
2014, « Suicide et santé mentale des agriculteurs : compter ou comprendre ? » ; in Loïc Lerouge (ed), Comparaisons internationales des risques professionnels et de leur prévention,Toulouse, Octarès.
2013 avec Thomas Amossé, « Pratiques d’entreprises en santé et sécurité - Un panorama de la situation française depuis une double perspective, quantitative et qualitative », Perspectives interdisciplinaires sur le travail et la santé, 15-3.
2013, avec Élisabeth Algava & Catherine Cavalin, “The remarkably good health of the self-employed”, Travail et emploi Spécial English Edition, numéro 1, janvier, pp 55-70.
2012, avec C. Cavalin, « Mesurer les dimensions mentales de la santé au travail. Sous quels angles ? », in Matéo Alaluf, Pierre Desmarez, Marcelle Stroobants (dir.) Mesure et démesures du travail, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2012, p. 185–195.
2012, « Et si le présent n’existait pas. Discussion anachronique en sociologie du travail », in Penser le présent comme un passé pour demain, Rennes, PUR, pp 127-133, 2012.