Accueil > Newsletters > 2016-2017 > Clersé-Infos 51/2016

Soutenance thèse Leslie Carnoye

publié le

Cher-e-s collègues,

J’ai le plaisir de vous convier à la soutenance de ma thèse de doctorat en sciences économiques intitulée : Les services écosystémiques : de nouveaux outils de justification au service de la critique écologiste ? Une analyse conventionnaliste à partir du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut (France).

Celle-ci aura lieu le jeudi 8 décembre 2016 à 14 h, dans la salle 32 du bâtiment SH1 (métro : cité scientifique). Elle sera suivie d’un pot de thèse auquel vous êtes également convié-e-s. Afin d’en faciliter l’organisation, merci par avance de me confirmer votre présence.

-  Composition du jury :

  • M. Philippe BATIFOULIER, Professeur, Université de Paris X, Nanterre (Rapporteur)
  • Mme Géraldine FROGER, Professeure, Université de Toulouse, Jean Jaurès (Rapporteure)
  • Mme Florence JANY-CATRICE, Professeure, Université de Lille 1 (Présidente)
  • M. Alain LEPRETRE, Professeur, Université de Lille 1 (Co-directeur)
  • M. Richard SOBEL, Professeur, Université de Lille 1 (Directeur de thèse)
  • M. Franck-Dominique VIVIEN, Professeur, Université de Reims Champagne-Ardenne (Examinateur)
  • M. Bertrand ZUINDEAU, HDR, Directeur de projet, Conseil Régional des Hauts-de-France (Invité)

- Résumé :

Le paradoxe des « services écosystémiques » est qu’ils tendent à devenir aujourd’hui un référentiel dominant en matière de conservation et de protection de la biodiversité, mais qu’ils restent, dans le même temps, une approche très controversée, notamment dans le champ de l’Économie Écologique. Le présent travail de thèse vise à interroger le potentiel transformateur de l’approche par les services écosystémiques, vis-à-vis des dynamiques institutionnelles qui régissent les rapports entre la conservation et le développement.

Pour ce faire, nous nous basons sur une étude de cas précise : celle du Parc Naturel Régional Scarpe-Escaut, dans le département du Nord. Nous y avons réalisé une expérience d’observation participante, dans le cadre d’un projet d’évaluation de services écosystémiques sur le territoire. Nous avons également conduit des entretiens semi-directifs avec un certain nombre de représentants du parc et étudié ses documents de gestion, à l’aide d’un logiciel d’analyse de données textuelles (Prospéro). Le cadre théorique mobilisé est celui de l’Économie des Conventions. L’apport de la thèse est de proposer de modéliser l’écologisme non pas sous la forme idéale de la cité, mais comme une critique du capitalisme, au sens de Boltanski et Chiapello (1999). Selon nous, les principales formes de critiques écologistes contemporaines sont la décroissance, le développement durable et la croissance verte et ces dernières s’appuient sur différentes formes de compromis entre plusieurs ordres de grandeur.

Notre analyse nous amène à penser que la place des services écosystémiques, comme outils de justification au service du parc Scarpe-Escaut doit être relativisée. Ce qui donne du sens au projet de conservation et de développement porté par le parc est en effet la mobilisation d’un registre domestique, alors que les fondements normatifs des services écosystémiques reposent plutôt sur les cités marchandes et par-projets. Les services écosystémiques peuvent ainsi être compris comme des dispositifs importants de la critique écologiste de la croissance verte, laquelle s’avère peu subversive vis-à-vis du capitalisme connexionniste.

Au plaisir de vous y retrouver,
Leslie Carnoye