Accueil > Projets et partenariats > Internationaux et Européens

Projets internationaux et européens (en cours)

par COQUARD Marie-Pierre - publié le , mis à jour le

Le Clersé et les programmes européens

Le Clersé et la mobilité des chercheurs (projets)

Le Clersé et les réseaux internationaux


Le Clersé et les programmes européens :

Le Clersé est impliqué depuis plusieurs années dans des projets européens (FP6 et FP7) : voir par exemple dans la rubrique archives les projets terminés KNOW&POL, CRIMPREV, SERVPPIN, DYNAMO...


- Co-VAL (2017-2020) : (ref. Call H2020-SC6-CULT-COOP-11-2016-2017 - Understanding Europe - Promoting the european public and cultural space ; project n° : 770356)

Titre du projet : Understanding value co-creation in public services for transforming European public administrations

Acronyme : Co-VAL

Soutien : Programme Horizon 2020, Commission européenne
Durée du projet : du 01/11/2017 au 30/10 /2020 (36 mois)
Coordination générale du Projet : Athens Technology Centers SA (Grèce)
Coordination du projet au Clersé : Faiz Gallouj et Faridah Djellal (professeurs en économie, Clersé UMR 8019 - Université Lille 1)
Autres membres de l’équipe au Clersé :

  • Benoit Desmarchelier (MCF économie), Céline Merlin-Brogniart (MCF économie), Simon Nadel (MCF économie)
  • Avec la participation de : Valérie François (MCF sciences de gestion, LEM Université Lille 1) et Camal Gallouj (Pr. sciences de gestion, CEPN Université Paris 13)

Autres établissements partenaires : Universidad de Alcala (Espagne), Open Evidence (Espagne), University of Edinburgh (Ecosse), Universität Konstanz (Allemagne), The Lisbon Council for Economic Competitiveness and Social Renewal asbl (Belgique), Universiteit Maastricht (Pays-Bas), Høgskolen i Innlandet (Norvège), Roskilde Universitet (Danemark), Universita Commerciale Luigi Bocconi (Italie), Budapesti Corvinus Egyetem (Hongrie), Pricewaterhousecoopers Advisory SPA (Italie)

Résumé : The main goal of Co-VAL is to discover, analyse, and provide policy recommendations for transformative strategies that integrate the co-creation of value in public administrations. The project aims to accomplish these objectives by conducting research on the paradigm shift from the traditional top-down model to demand and bottom-up driven models when citizens, civil servants, private, and third sector organizations voluntarily participate in the development of transformative innovations addressing changing needs and social problems. Co-VAL will push the boundaries of both research and practice by providing :

  • i) a comprehensive and holistic theoretical framework for understanding value co-creation in public services from a service-dominant logic and a service innovation multiagent framework,
  • ii) measurement and monitoring for transformations in the public sector by using both existing data and new metrics (large-scale survey),
  • iii) investigation on 4 public-service-related co-creation areas of public sector transformation : digital transformation (including open platforms, big data, and digital service delivery), service design (including service blue-printing), government living labs, and innovative structural relationships (public-private innovation networks and social innovation), and
  • iv) generation of sustainable impacts in public administration policy and practice by delivering actionable policy recommendations that build on the research findings, by tracking and monitoring how governments’ pilot projects and actions, and by facilitating peer to peer knowledge exchange to facilitate implementation.

Co-VAL is a consortium of 13 teams from 11 EU countries formed by leading experts in public administration, co-creation and open governance, digital economy and service innovation. The consortium is organised to co-work with stakeholders representing central, regional and local administrations.

Contact : Faiz Gallouj




Le Clersé et la mobilité des chercheurs : projets de recherche


-  Programme européen EURIAS - projet " Le nucléaire dans les sociétés post-Fukushima : conceptions du risque et production de l’ignorance "

Soutien : EURIAS - Fellowship program (http://www.2017-2018.eurias-fp.eu/)
Durée de la mobilité : 10 mois (01/09/2016 au 30/06/2017)
Lieu : Hanse-Wissenschaftskolleg - Institut d’Etude Avancée de Brême-Delmenhorst (http://www.h-w-k.de/)

Résumé du projet : Il s’agit, à travers la manière dont la controverse sur les faibles doses de rayonnement est réactivée dans le contexte de l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, de mettre au jour les contextes, les processus de production des savoirs mais aussi de l’ignorance, concernant le nucléaire, en utilisant les outils conceptuels de l’agnotologie, c’est-à-dire l’analyse de « l’ignorance produite » socialement de multiples manières qui vont du secret à la désinformation, en passant par la production du doute quant aux certitudes scientifiquement établies.

Contact : Thierry Ribault


-  OFAJ (Office Franco-Allemand pour la Jeunesse) - projet "La participation politique des jeunes en France et en Allemagne" (2016-2019) :

Site OFAJ : https://www.ofaj.org/diversite-et-participation
Soutien : OFAJ - Appel à projets "Promouvoir la diversité et la participation"

Coordination en France : Dietmar Loch (Clersé - Université Lille 1)
Durée du projet : 3 ans (01/04/2016 au 31/03/2019)
Institutions partenaires du projet et chercheurs impliqués :

  • En France : Université Lille 1 - Clersé (Adrien Benaise,Abdelhafid Hammouche, Dietmar Loch, Zaihia Zeroulou) ; INJEP (Institut National de la Jeunesse et de l’éducation populaire)(Régis Cortésero et Laurent Lardeux)
  • En Allemagne : Technische Hochschule Köln (coordinateur du projet en Allemagne Markus Ottersbach, Schahrzad Farrokhzad, Sonja Pressing, Özlem Aslan), Katja Sportbert (traductrice)

Résumé : Le présent projet s’intéresse à la participation politique conventionnelle et non-convenetionnelle des jeunes en France et en Allemagne. Dans ce contexte, il se focalise en particulier sur les jeunes issus de l’immigration qui vivent aux marges urbaines ("banlieue", "marginalisierte Quartiere") des sociétés allemande et française et sur les formes de leur participation politique (actions collectives, vote, abstention, violence urbaine, radicalisation islamiste...) aux différents niveaux (local, national, transnational, etc.)

Contact : Dietmar Loch


-  AUF (Agence Universitaire de la Francophonie) - projet « Construire la paix en République Centrafricaine grâce au développement agricole » (2015-2017) :

Soutien : AUF, Appel à projets "Thématiques intégrées" de l’AUF
Site AUF : https://www.auf.org/actualites/sept-projets-de-recherche-fort-impact-societal-sou/

Coordination : Benoit Lallau (Clersé - Université Lille 1)
Durée du projet : 20 décembre 2015 - 31 décembre 2017
Institutions partenaires du projet et chercheurs impliqués :

  • En France : AgroParisTech (Marc Dufumier) ; IRD Versailles ( Isabelle Droy) ; CIRAD Montpellier (Ludovic Temple) ; Université Paris 1 (Emmanuel Chauvin) ; Université Lille 1 (Lise Archambaud, Ibrahim Tidjani, Vanessa Bingui, Claudine Dumbi
  • A l’étranger : Université de Bangui (Emmanuel Mbetid-Bessane, Guy-Florent Ankogui-Mpoko) ; ICRA à Bangui (David Kadekoy-Tigague, David Selengouma), ANDE de Bangui (Marie-Noelle Mbaikoua-Ouaimon)

Résumé : L’objectif global du projet est de soutenir le travail conjoint d’acteurs de recherche et d’acteurs humanitaires dans l’analyse des leviers de relèvement en République Centrafricaine :

  • en identifiant des leviers de relèvement à court et plus long termes par un travail sur les causes structurelles, conjoncturelles, les acteurs, les moyens mis à disposition, les potentiels d’innovation, les "bonnes pratiques", et diffuser ces leviers de relèvement et d’innovation auprès des partenaires,
  • en renforçant les capacités locales d’analyse et la rigueur des études terrains, par la formation des étudiants et jeunes chercheurs au travers notamment du renforcement des capacités d’action du LERSA (acteur majeur de la recherche sur le développement agricole centrafricain),
  • en contribuant à la conceptualisation et à l’opérationnalisation de la notion de résilience inscrite dans une dynamique de cycle de conflit, et de développer une approche adéquate des risques auxquels doivent faire face les populations.

Contact : Benoit Lallau voir aussi le site Résiliences




Le Clersé et les réseaux internationaux :


- Le réseau GERN :

Le GERN, Groupement européen de recherche sur les normativités (GERN) est apparu au milieu des années 1980 sous l’impulsion de Philippe Robert. Le GERN est un réseau scientifique européen étendu sur dix pays, qui réunit une quarantaine de centres et des chercheurs de différentes disciplines travaillant sur les normes et déviances. Il associe également des centres de même spécialité, situés dans d’autres aires géographiques (Canada, Argentine, Inde). Enfin, des accords de coopération le lient à d’autres réseaux ou à des organismes scientifiques internationaux.

Le GERN s’est doté progressivement d’un savoir-faire et d’une culture de coopération, mettant au point une gamme d’outils de travail en commun : journées Interlabos et journées d’études ; séminaires de recherche, colloques ; groupes de travail. Plusieurs chercheurs et enseignants-chercheurs du Clersé participent à ces activités.

Site du réseau : http://www.gern-cnrs.com/

Contact :Grégory Salle


- Le réseau Maghtech :

Le Réseau MAGHTECH (Maghreb Technologie) est le premier réseau maghrébin pour la recherche et les études sur la problématique de l’intégration des sciences et des technologies dans le développement des pays du Maghreb. Fondé en 1994 à l’initiative d’Abdelkader Djeflat, il réunit à l’heure actuelle près de 350 chercheurs maghrébins et non Maghrébins. Sa coordination internationale est assurée à partir de l’université des Sciences et Technologies de Lille. Il dispose d’équipes de recherche dans 5 pays (Algérie, Tunisie, Maroc, Mauritanie, France) et des partenariats dans 3 pays européens : Italie, Royaume-Uni et Belgique). Il a publié 8 ouvrages (en Français et Anglais), un journal (Newslink qui en est à son cinquième volume) et a organisé 9 grandes conférences internationales autour de ces questions dans les différents pays du Maghreb.

  • L’équipe Maghtech : Son équipe française fait partie du Clersé (axe TEDD) autour des thèmes centraux de l’innovation, l’économie de la connaissance et l’Euro Méditerranée.

  • Les séminaires de Maghtech : un séminaire de recherche est organisé tous les mardis (18H00-19H30) animé par des chercheurs invités et des doctorants en séjours scientifiques (1 semaine à 18 mois) venant des différents pays du Maghreb (salle 309, Bât. SH3).

Site du réseau : http://www.maghtech.net/

Contact :


- Le réseau RESER :

RESER (The European Association for REsearch on SERvices) est un réseau d’équipes de recherche et de chercheurs actifs dans le domaine de la recherche dans les services et principalement localisés en Europe. Ses membres sont issus de diverses disciplines : économie, sciences de gestion, géographie, sociologie, psychologie, sciences politiques. Le réseau promeut la recherche dans les services comme clef pour mieux comprendre l’activité économique. Il facilite les échanges scientifiques, l’information et la circulation des idées. Il formule des recommandations à destination des décideurs économiques et politiques en proposant des rapports et des analyses liées aux activités de services et à leurs impacts. Le réseau est ouvert aux doctorants, post-doctorants et jeunes chercheurs, leur apportant information, encadrement et contacts avec des chercheurs du domaine en Europe et ailleurs.

Site du réseau : http://www.reser.net/

Contact :
Faiz Gallouj et Faridah Djellal


- Le réseau RIODD :

Le CLERSE est membre institutionnel du RIODD, Réseau International de recherche sur les Organisations et le Développement Durable. Le RIODD, dont le Clersé a accueilli le congrès 2009 et accueillera le congrès
2013 est un réseau interdisciplinaire qui s’intéresse à la question de
l’encastrement environnemental et social des pratiques économiques et
plus précisément de celles qui relèvent de la sphère de la production.
Un des thèmes centraux de recherche du RIODD est le phénomène de la RSE.

Site du réseau : http://www.riodd.net/

Contact :
Nicolas Postel


- Le réseau RISC :

Le Clersé participe au réseau RISC (Regional Integration and Social Cohesion) : Il s’agit d’un consortium international pour la Recherche Comparative sur l’intégration régionale et la cohésion sociale. Il est coordonné par Harlan Koff, professeur à l’Université du Luxembourg et chercheur post-doctoral Fulbright au Clersé (2005/2006) et Carmen Maganda, chercheuse à l’Université du Luxembourg et chercheur post-doctoral Hermès au Clersé (2005/2006). Le réseau organise notamment chaque année une conférence à laquelle peuvent participer les membres du consortium ainsi que des groupes de travail. Le consortium implique des laboratoires de plusieurs pays (Afrique du Sud, Belgique, Colombie, Etats-Unis, Finlande, France, Italie, Luxembourg, Mexique). Une nouvelle collection chez Peter Lang contribue à la valorisation des travaux présentés lors des symposiums.

- Dans le cadre de ce réseau et de son groupe de travail "Gestion des ressources stratégiques" un symposium international est organisé du 5 au 7 juillet 2010 par le Clersé et la MESHS. Ce symposium intitulé "Environnement, régions et ressources stratégiques. Modèles de gouvernance et pluralité des droits" est coordonné par Carmen Maganda (Université du Luxembourg) et Olivier Petit (Clersé & Centre EREIA, Université d’Artois).

Site du réseau : http://www.risc.lu/fr/risc/

Contact : Olivier Petit