Accueil > Projets et partenariats > Accueil de chercheurs étrangers

Période 2005 - 2006

par COQUARD Marie-Pierre - publié le

Chercheurs invités – USTL.

Paulo Antonio ZAWISLAK

Paulo Antonio Zawislak, Docteur en sciences économiques de l’Université de Paris VII, est professeur à l’Université Fédérale du Rio Grande do Sul à Porto Alegre (Brésil). Ses principaux thèmes de recherche relèvent de l’économie industrielle et de l’innovation
 : la conception dans les industries aéronautiques et de la chaussure, les systèmes locaux de production dans l’automobile et le textile, la coopération dans l’industrie brésilienne, les nanotechnologies dans l’industrie pharmaceutique, l’innovation dans les services (il co-encadre en co-tutelle avec Faïz Gallouj une thèse sur le thème de l’innovation à l’hôpital), etc. Sur ces thèmes, il a publié de très nombreux articles dans
des revues internationales. Il a exercé les fonctions de directeur du programme Master/Doctorat au sein de son Université.

Le professeur Zawislak a été accueilli du 7 mars 2006 au 7 avril 2006 au sein du Clersé (programme ESPII : Économies et sociétés post-industrielles et informationnelles) sur un poste de chercheur invité de l’Université des Sciences et Technologie de Lille (USTL). Il est intervenu dans différents séminaires et formations. Il a par ailleurs établi des contacts en vue de l’échange d’étudiants avec le service « Relations
Internationales » de la Faculté de Sciences Économiques et Sociales.

Marc LAVOIE

Marc Lavoie est professeur titulaire au département
d’économie de l’Université d’Ottawa, et professeur invité à la Faculté des sciences économiques et sociales de l’Université Lille I durant le mois de juin 2006. Il a publié de nombreux articles dans les revues internationales portant sur les grands thèmes de la macroéconomie postkeynésienne : la théorie de la monnaie endogène, la politique monétaire, la théorie des prix, les déterminants de l’emploi et du salaire, la croissance et la répartition des revenus, la théorie du consommateur … et l’économie du sport. Il cherche à mettre en évidence, à travers ses travaux, les passerelles ou les convergences entre les différentes approches
hétérodoxes. Son dernier ouvrage paru en langue française est : L’économie postkeynésienne, Paris : La découverte (Repères), 2004.

Une journée d’étude, organisée par le programme
Histoire de la pensée économique et sociologique (HPES) du Clersé avec le soutien de la faculté des sciences économiques et sociales, lui est consacrée le 9 juin 2006. Cette journée d’étude s’intitule : Contribution à l’économie postkeynésienne autour de Marc Lavoie.


Accueil de post-doctorants dans le cadre des programmes FULBRIGHT Nord-Pas de Calais, HERMES (FMSH Paris) et du CRSH (Canada).

Carmen MAGANDA

Carmen Maganda est Docteur en anthropologie sociale du CIESAS (Centre de recherche et d’études supérieures en anthropologie sociale, Mexique). Après un séjour post-doctoral à l’Université de Californie (Center for United States-Mexican Studies, San Diego) sur le thème de l’eau à la frontière américano-mexicaine, elle est accueillie depuis mai 2005 et jusqu’en mai 2006 au Clersé au sein du programme TEDD (Territoires, environnement et développement durable).

Bénéficiant du soutien de chercheur invité à l’Université des Sciences et des Technologies de Lille (USTL), puis d’une bourse post-doctorale Hermès (Fondation Maison des Sciences de l’Homme), ses activités principales ont porté sur la coordination et l’organisation de séminaires interdisciplinaires intitulés « Régions, ressources et politiques de l’eau ». L’objectif de ces séminaires était d’examiner sur les plans théorique et méthodologique l’avancement de la recherche dans l’analyse sociale de la gestion des ressources en eau (planification, répartition, gestion locale), et ses impacts régionaux et nationaux. La thématique commune des participants s’est focalisée sur les problématiques de l’eau (notamment le processus de prise de décisions) à l’échelle internationale, fédérale, étatique et locale. Les travaux de recherche de Carmen Maganda, menés au Clersé, ont porté plus particulièrement sur une étude comparative de la gestion des ressources en eau (région Nord Pas-de-Calais (rivière Lys et du Bassin de l’Escaut) / frontière américanomexicaine, Mexique).

Harlan KOFF

Harlan Koff, Docteur en études politiques de l’Université de Duke (Durham, Etats-Unis), a séjourné et enseigné à Pitzer College, l’Université de Californie (San Diego), et l’Université de Syracuse (Centre
d’Etude européenne). Il a coordonné une étude sur l’immigration « Migrant Integration in Selected European Cities » pour Ethnobarometer, une fondation à Rome qui soutient la recherche dans le domaine des politiques ethniques en Europe. Il a rejoint le Clersé depuis mai 2005 et jusqu’en mai 2006 dans le cadre d’une bourse de recherche Fulbright Nord Pas-de-Calais.

Spécialiste de politique de l’immigration, il réalise des recherches comparatives sur les politiques ethniques. Dans le cadre de ses recherches au Clersé, il a participé à de nombreux forums sur les violences
urbaines, sur les transformations économiques et leurs impacts sur la dislocation sociale et les politiques d’immigration. Avec Dominique Duprez, il a organisé en janvier 2006 une journée d’étude internationale intitulée « Retour sur les émeutes urbaines de 2005 en France : modèle d’intégration en Europe et politiques publiques ». Ses recherches se sont focalisées plus particulièrement sur la région Nord Pas-de-Calais et des études comparatives avec l’Amérique du Nord sur l’intégration régionale et la problématique de l’immigration.

Nicolas CARRIER

Nicolas Carrier, Docteur en sociologie de l’Université du Québec à Montréal (Ph.D. sociologie) est accueilli au Clersé depuis novembre 2005 au sein du programme VIPP (Villes, institutions, professions et parcours de vie). Il bénéficie d’une bourse post-doctorale
du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH) pour une durée de 2 ans, sur le thème « Punir l’activité volontaire et consensuelle : drogues, sexualités et légitimation juridique ».

Intitulée « La politique de la stupéfaction. La pérennité de la prohibition des drogues au Canada », la thèse de Nicolas Carrier a proposé une analyse des contextes, pratiques, logiques et symboles sociaux qui rendent possible le maintien juridico-politique de la
prohibition des drogues devant le cortège de contestations qu’elle génère. Ses travaux post-doctoraux élargissent l’examen à différents types de conditions volontaires et d’interactions consensuelles interdites, et s’inscrivent dans le désir de reproblématiser la question du contrôle social à la lumière des transformations intervenues dans les sociétés occidentales
contemporaines et de contribuer au développement d’une théorie contemporaine de la pénalité institutionnalisée.