Accueil > Projets et partenariats > Nationaux et Régionaux

Projets nationaux et régionaux

par COQUARD Marie-Pierre - publié le , mis à jour le

Projets ANR en cours

Projets MESHS en cours ( émergents, partenariaux, CPER)

Autres projets en cours

Etudes et recherches en cours du centre associé Céreq-Clersé


Projets ANR en cours

- Projet ANR - Programme Jeunes Chercheuses Jeunes Chercheurs (JCJC Edition 2013)

Titre du projet : Analyse de la qualité des emplois dans les activités du nettoyage

Acronyme : CLEAN

Coordination du Projet  : François-Xavier Devetter (MCF, Université Lille 1,Clersé)

Autres membres de l’équipe  : Franck Bailly (MCF, Université de Rouen), Anne Bustreel (MCF, Université Lille 1, Clersé), Frédérique Cornuau (MCF, Université Lille 1, Clersé),
Anne Frétel (MCF, Université Lille 1 Clersé), François Horn (MCF, Université Lille 3, Clersé), Alexandre Léné (MCF, Université Lille 1 Clersé), Martine Pernod-Lemattre (MCF, Université Lille 1 Clersé).

Durée du projet :01/10/2013 au 31/03/2017 (42 mois) (prolongé de 6 mois)

Résumé :

Les métiers liés directement au nettoyage (agents d’entretiens, agents de services, employés de maison, aides à domiciles, nettoyeurs, employés d’étage) ont cru de manière rapide depuis dix ans et constituent des secteurs à fort potentiel de recrutement. Ils représentent à l’heure actuelle plus de 7% des salariés en France. L’externalisation de ces activités par les entreprises dans les années 90 a isolé cette main-d’œuvre spécifique. Parallèlement, la constitution d’une branche « entreprises de la propreté » puis la structuration (encore inaboutie) d’un secteur des « services à la personne » ont partiellement modifié les relations de services qui se nouent autour de la fonction nettoyage et la nature des métiers concernés. Souvent considérés comme non qualifiés, ces emplois offrent en France des conditions de travail et d’emploi de mauvaise, voire de très mauvaise qualité (faibles rémunérations, temps partiels subis, précarité, pénibilités tant physiques que temporelles ou psychologiques, déficit de reconnaissance sociale).

Ce projet de recherche vise à mieux cerner les déterminants de la qualité de ces emplois en revenant sur les enjeux sociaux (qualité de service, calculs de la productivité et des prix, relations sociales induites, etc.) que leur existence révèle. L’hypothèse de départ est qu’ils constituent un segment particulier du marché du travail dont on ne peut pas comprendre le fonctionnement sans analyser les rapports sociaux qui se nouent autour du service de nettoyage, notamment en termes d’inégalités de genre et de revenu. Pour cela, le projet vise à appréhender l’organisation de ce service dans sa globalité en étudiant conjointement la qualité de l’emploi et la qualité du service rendu.

Au final, cette recherche doit permettre de mieux comprendre un segment essentiel (tant du fait de son poids quantitatif que des enjeux sociaux qu’il recèle) du marché du travail en soulignant les interactions entre qualité des emplois et qualité des services.

Contact : François-Xavier Devetter


- Projet ANR - Programme Jeunes Chercheuses Jeunes Chercheurs (JCJC Edition 2012)

Titre du projet : Pratiques d’organisation quotidiennes étudiées en milieux populaires

Acronyme : PORQUE

Coordination du Projet  : Anne Bory (MCF), José Calderon (MCF) et Valérie Cohen (MCF) - Clersé

Membres de l’équipe au Clersé  : José Calderon (MCF), Valérie Cohen (MCF), Séverin Muller (MCF),
Juliette Verdière (MCF), Cécile Vignal (MCF), Blandine Mortain (MCF), Pia Rius (ATER), Yoan Miot (Chargé d’études), Mathilde Pette (ATER)

Durée du projet : 01/01/2013 au 31/12/2015 (36 mois) (prolongé de 6 mois)

Résumé :

Ancienne cité de l’industrie textile, touchée de plein fouet par la crise de l’emploi industriel des années 1970 et plus récemment par la crise économique et financière de 2007, Roubaix est aujourd’hui un territoire marqué par la pauvreté et la désalarisation. Notre objet est d’analyser les conséquences de ces processus sur les classes populaires qui y résident. Il
s’agit de comprendre, à partir d’une analyse des pratiques, la recomposition des classes populaires sur ce territoire, comment au quotidien elles y vivent, s’organisent, résistent, en décloisonnant les apports de la sociologie du travail, de la famille, de l’éducation et de la ville. Assis sur une perspective historique étoffée (travail d’archives, analyse documentaire et statistique, organisation d’un séminaire de recherche sur Roubaix), le projet se décompose en plusieurs enquêtes de terrain de type ethnographique, qui sont autant d’entrées concrètes sur le travail, la famille et l’éducation, et dont le croisement doit permettre d’atteindre un niveau d’analyse générale et systémique. Résolument inscrit dans une perspective de comparaison internationale, il prévoit en outre un programme dense d’échanges avec des équipes menant des recherches analogues en Argentine et en Espagne, en vue d’établir des permanences et des principes de variation dans les processus de désalarisation et les
manières dont les classes populaires y font face.

Contact : Anne Bory, courriel : Anne.Bory@univ-lille1.fr


- Projet ANR - Programme Changements environnementaux planétaires et sociétés (CEP&S Edition 2011)

Titre du projet : Analyse de la résilience des nouvelles formes d’agricultures irriguées à partir des eaux souterraines du Maghreb

Acronyme : Groundwater Arena

Coordinateur du projet global : Marcel Kuper au GEAU-CIRAD

Coordination du Projet au Clersé : Olivier Petit

Autres participants du projet : LADYSS, CIRED, BRGM

Durée du projet : 48 mois (01/01/2012 - 31/12/2015) (prolongé 6 mois)

Résumé :

L’utilisation intensive des eaux souterraines (1000km3/an) a permis le développement d’une économie agricole dynamique et porteuse de richesse : la "groundwater economy". Cependant ce développement a de nombreuses conséquences environnementales : le tarissement des ressources souterraines, la dégradation de la qualité des eaux, la dégradation des sols et des milieux aquatiques. Ce projet de recherche analysera la vulnérabilité et les capacités d’adaptation de la "groundwater economy" qui représente un système socio-écologique où les dynamiques sociales et biophysiques sont intimement liées. L’objectif du projet est de développer une approche intégrée pour analyser la vulnérabilité et les capacités d’adaptation de la "groundwater economy" au Maghreb face aux changements environnementaux, économiques et sociaux.

Nous nous focaliserons sur trois territoires irrigués sur trois aquifères au Maghreb. Le projet analysera les facteurs perturbateurs qui peuvent impacter négativement les capacités des systèmes aquifères ainsi que les sociétés et les territoires dont la richesse dépend de ces ressources et les possibles adaptations aux changements globaux.

Contact : Olivier Petit, courriel : opetitfr@yahoo.fr


Dans le cadre des appels à projets MESHS : projets émergents, partenariaux, CPER en cours

- Projets partenariaux 2016-2017 :

-EPISEX - Épistémologie de la sexualité - Penser et enquêter sur la sexualité. Coordination : Gwénola Ricordeau (Clersé, UMR 8019). Le projet EpiSex (février-juin 2017) comprend deux axes : (1) Séminaire « Épistémologie de la sexualité » ; (2) Journée d’études « Discipliner le sexuel ».

  • AXE 1 : Séminaire « Épistémologie de la sexualité  » : Les six séances du séminaire « Épistémologie de la sexualité » visent, tout en faisant le point sur l’état de la recherche, à traiter et à confronter les polémiques scientifiques qui traversent et structurent les approches disciplinaires des sexualités.
  • AXE 2 : JE « Discipliner le sexuel  », juin 2017 (Lille). La journée d’études « Discipliner le sexuel » met les considérations épistémologiques (mais aussi méthodologiques) de l’axe 1 et la confrontation des points de vue disciplinaires sur le sexuel à l’épreuve de terrains spécifiques donnant à voir des manières diverses dont le sexuel peut être discipliné.

- Projets partenariaux 2015-2016 : https://www.meshs.fr/page/discorps_ii....2015

-DISCORPS II - Les disciplines du corps (acte 2). Ce que qu’incorporer veut dire. Coordination : Sébastien Fleuriel (Clersé, UMR 8019), Stéphan Mierzejewski (Recifes, EA 4520), Manuel Schotté (CERAPS, UMR 802


Autres projets en cours


-  CPER 2015-2020 - Conseil régional Hauts-de-France

Titre du projet : CLIMIBIO

Coordination du projet  : Pascale Desgroux (PC2A UMR CNRS 8522, Lille 1) et Xavier Vekemans (EEP UMR CNRS 8198, Lille 1)

Financement : CPER (Contrat de Plan Etat Région), Conseil régional Hauts-de-France
Durée du projet : 2015-2020
Résumé :

CLIMIBIO est un projet environnemental pluridisciplinaire de la région Hauts-de-France. Il a pour but d’étudier l’évolution des milieux et du climat, d’analyser les impacts de ces évolutions sur la biodiversité, la qualité de l’air, la santé, la société et d’envisager les perspectives et stratégies d’adaptation à ces changements.
Voir le site internet dédié au projet : http://climibio.univ-lille.fr/
Participants du Clersé au projet CLIMIBIO : Ornella Boutry, Florence Jany-Catrice, Hélène Melin, Olivier Petit, Thierry Ribault, Grégory Pitrel
Contact au Clersé : Thierry Ribault


-  APPEL A PROJETS NEEDS du CNRS (Nucléaire, Energie, Environnement, Déchets et Société) - AAP 2016

Titre du projet : "Dispositifs d’Autogestion et de Cogestion de la Catastrophe : Organisation, Responsabilisation, Démocratie - Cogestion des Risques et Risques de la Cogestion"
Acronyme du projet : DACCORD-CORICO
Coordination du projet : Thierry Ribault (Clersé)
Partenaires :
Cette recherche interdisciplinaire sera menée par une équipe internationale dans le cadre du laboratoire international associé « Protection humaine et réponses au désastre » (InSHS, CNRS), piloté par le CLERSÉ (Lille) et la Maison franco-japonaise (UMIFRE 19-CNRS, Tokyo), en partenariat avec des laboratoires de recherches sur la transformation de l’État (CRESPPA, Paris), la sécurité humaine et la justice globale (univ. Doshisha, Kyoto), l’histoire des sciences (Univ. Maryland, USA), en santé et environnement (Univ. Fukushima, Univ. Okayama, Univ. Eastern Finland, ÉSÉ-Orsay) et en physique (CSNSM-IN2P3-Orsay).

  • Clersé : Thierry Ribault (CR CNRS économiste, coordinateur du projet NEEDS et directeur du LIA "Protection humaine et réponses au désastre") et Elisabeth Weinberg de Touchet (MCF, Histoire industrielle du Japon)
  • CRESPA (Paris)/UMIFRE 19USR 3331 Tokyo : Thomas Brisson (MCF, science politique=
  • Cécile Asanuma-Brice (postdoctorante, chercheuse associée à l’UMIFRE 19 et au CLERSE, Sociologie urbaine au Japon/Politiques de logement)
  • CSNSM-IN2P3 (Orsay) : DR CNRS Emérite, Harry Bernas (DR CNRS émérite, physique) et Anders Moller (DR CNRS, biologie)
  • Université Doshisha (Graduate school of global studies, Kyoto) : Anne Gonon (professeur en Sociologie, sécurité humaine et vulnérabilité en situation de catastrophe) et Moeko Minagawa (post-doctorante, science politique)
  • Université Fukushima (Faculty of Symbiotic Systems Science, Environmental Planning) : Shinobu Goto (co-production citoyenne des savoirs. Sciences environnementales)
  • Université Okayama (Dpt Human ecology) :Toshihide Tsuda (professeur d’épidémiologie, épidémiologie et sciences de l’environnement)
  • Université Eastern Finland (Dpt Environmental science) : Keith Baverstock (professeur, ancien responsable du Radiation Protection Programme à l’OMS-Europe. Radiobiologie)
  • Université Maryland (History Dpt, USA) : Kate Brown (professeur, histoire des sciences )

Financement : Mission pour l’interdisciplinarité - CNRS

Durée du projet : 2016 - 2017 (24 mois) / Financement obtenu pour 1 an (2016)

Résumé :

Le projet s’inscrit dans le prolongement de nos travaux portant sur les dispositifs de cogestion « citoyenne » de la catastrophe nucléaire de Fukushima, ayant reçu un soutien dans le cadre du programme NEEDS-CNRS en 2014 et 2015. Nous proposons, tout en approfondissant la compréhension de la manière dont la protection vis-à-vis de la menace radiologique est co-construite, de mettre l’accent sur le rôle des initiatives « citoyennes » cogestionnaires des dégâts dans la production et la circulation de la connaissance relative à la situation de contamination radioactive. A travers l’étude de la nature et du rôle de l’information et du savoir dans la gestion de l’accident nucléaire de Fukushima, nous entendons contribuer à mettre au jour l’articulation critique entre la production de connaissance et la protection humaine.
Contact : Thierry Ribault


-  Fondation Abbé Pierre

Titre du projet : « Favoriser l’accès et le maintien dans le logement des personnes placées sous main de justice »
Coordination du projet  : Gilles Chantraine (Clersé)
Financement : Fondation Abbé Pierre
Durée du projet : 15/03/2016 au 23/12/2016
Résumé :

A différents titres, la Fondation Abbé Pierre est concernée par la problématique de l’accès au logement des sortants d’institutions (ASE, hôpital, prison, etc).
Si les études sociologiques sur l’univers carcéral se sont considérablement développées en France ces deux dernières années, il est tout à fait frappant de constater le nombre très faible de recherches portant sur la sortie de prison. Cette absence est pour le moins paradoxale, puisque dès lors que la prison est censée "réinsérer" les personnes qui y sont recluses, il apparaît incontournable de s’intéresser à "l’après" prison et notamment aux questions propres à l’accès au logement.
L’étude se focalisera tout particulièrement sur la région Nord-Pas de Calais, mais développera également ses investigations aux régions Rhônes-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA), afin d’évaluer les similitudes et les divergences fondamentales entre les différentes territoriales.

Contact : Gilles Chantraine


- Appel à projets de recherche de la DARES 2014 - APR "Les conditions de travail dans la crise : post-enquêtes et exploitations secondaires"

Titre du projet : Les salariés du secteur associatif : des conditions de travail et des relations de service spécifiques ?

Coordination du projet  : François-Xavier Devetter (Clersé UMR 8019)

Composition de l’équipe scientifique : François-Xavier Devetter (Clersé, MCF-HDR, économiste), Franck Bailly (CREAM, MCF, économiste), Amandine Barrois (Clersé, Doctorante, économiste), Anne Bory (Clersé, MCF, Sociologue), Karine Chapelle (CREAM, MCF, économiste), Annie Dussuet (CENS, MCF-HDR, Sociologue), Alexandre Léné (Clersé, MCF, économiste), Laura Nirello (LEMNA, Doctorante, économiste), Lionel Prouteau (LEMNA, MCF, Honoraire, économiste), Emmanuelle Puissant (CREG, MCF, économiste).

Appui ponctuel de collèges du Clersé et du Lest : Sylvie Célerier (Clersé, Pr, sociologue), Florence Jany-Catrice (Clersé, Pr, économiste), Francesca Petrella (LEST, MCF, économiste), Nadine Richez-Battesti (LEST, MCF-HDR, économiste).

Financement : DARES (Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques) au Ministère du travail, de l’emploi et du dialogue social

Durée du projet : (26 mois)

Résumé :

La première hypothèse repose sur le constat (partiel et à approfondir) que les conditions de travail et d’emploi des salariés du secteur associatif (1,4 millions personnes soit 8 % de l’emploi salarié) se distinguent de celles des sphères publiques et marchandes.

La seconde hypothèse postule l’existence de relations d’emploi et de service spécifiques au secteur associatif : les politiques de GRH, la gestion des relations de contact direct avec les usagers, bénéficiaires ou clients ou encore l’usage de dispositifs de formation et de reconnaissance des compétences pourraient distinguer les employeurs associatifs des autres employeurs.

Ce projet envisage de s’appuyer sur deux méthodologies complémentaires :

  • des travaux quantitatifs : statistiques descriptives et analyses économétriques ;
  • des travaux qualitatifs sur la base d’entretiens auprès des salariés et d’employeurs de deux à trois secteurs spécifiques (dont le secteur social et médico-social).

Pour cette recherche, deux objectifs principaux peuvent être distingués :

  • le premier vise à combler le déficit de connaissance sur un champ important et croissant de l’emploi salarié,
  • le second porte plus spécifiquement sur les liens entre les relations de service propres au monde associatif (notamment avec des publics fragiles ou en détresse) d’une part et la perception des pénibilités et la reconnaissance du travail de l’autre.

Contact : François-Xavier Devetter


-  Appel à projets Fondation de France 2014 : Quels littoraux pour demain ?

Titre du projet : SLIDE - "Quels Sentiers LIttoraux pour DEmain ? Analyse prospective et pluridisciplinaire de l’aménagement des sentiers côtiers en Méditerranée".

Coordination du projet  : Hélène Melin (Clersé UMR 8019)

Composition de l’équipe scientifique : Hélène Melin (Clersé UMR 8019), Samuel Robert, et Marie-Laure Trémélo (Espace UMR 7300) ; Johan Jouve, Marie-Antoinette Maupertuis, Muriel Poli et Maxime Vuillamier (LISA UMR 6240)

Autre partenaire du projet : Conservatoire Botanique National de Corse (CBNC)

Financement : Fondation de France

Durée du projet : (30 mois) novembre 2014 - avril 2017

Résumé :

Quels sentiers littoraux pour demain ? Face à la multiplication des offres de petite randonnée et à la quasi généralisation de l’outil « sentier » dans les politiques d’aménagement et de développement éco-touristique, ce projet questionne l’évolution des cheminements côtiers en Méditerranée dans une dynamique prospective de gestion et de protection des littoraux. Il s’agit de s’interroger sur l’évolution des formes et des rôles des sentiers sur trois maillages de cheminements en Haute Corse (Balagne) et dans les Bouches du Rhône (Côte Bleue et Iles du Frioul).

Ce programme propose d’étudier conjointement les objectifs initiaux et les finalités attendues de l’aménagement de sentiers en bordure littorale par les propriétaires et gestionnaires des sites, d’une part, et les pratiques et usages effectifs de ces chemins par les usagers, d’autre part. Cette recherche pluridisciplinaire (anthropologie, botanique, économie, géographie, histoire, linguistique, sociologie) doit permettre de mesurer les rôles potentiels et effectifs des circuits de promenades dans l’évolution de la gestion littorale, et ainsi contribuer à choisir la forme qu’ils devront prendre demain.

Contact : Hélène Melin


-  ONED - Appel d’offres ouvert 2014

Titre du projet : Enfants confiés à un proche dans le cadre de la Protection de l’Enfance.

Coordination du projet  : Bernadette Tillard (Clersé UMR 8019)

Composition de l’équipe scientifique au Clersé : Bernadette Tillard , Blandine Mortain, Lucy Marquet et Sarah Mosca

Financement : ONED (Observatoire National de l’Enfance en Danger)

Durée du projet : (18 mois) 21 novembre 2014 à 20 mai 2016

Résumé :

Ce projet de recherche porte sur un dispositif spécifique de placement d’enfants : l’accueil chez un proche, membre de la famille élargie ou de l’entourage. Nous centrerons notre étude sur les enfants confiés à un « tiers digne de confiance », situation officialisée par un magistrat. Ce placement constitue un objet particulièrement pertinent pour interroger les équilibres institutionnels entre famille, justice, conseil général et association assurant le travail social d’accompagnement des mesures.
Nous privilégions une approche qualitative, pour les études de 15 situations familiales (entretiens auprès du magistrat, de l’éducateur, de l’enfant, du/des parent(s) et du tiers). L’étude sera menée auprès d’un service d’AEMO du département du Nord.
Nous chercherons également à apprécier d’un point de vue quantitatif ce que représente ce dispositif (TDC+AEMO) par rapport à l’ensemble des placements chez un tiers et par extension, par rapport à l’ensemble des placements, en travaillant en collaboration avec les Conseils généraux du Nord et du Pas-de-Calais.

Contact : Bernadette Tillard


-  Appel à projets Programme Chercheurs Citoyens du Conseil régional Nord-Pas de Calais (2013)

Titre du projet : « Violences conjugales et santé des femmes : améliorer le parcours de soins des usagères d’une association spécialisée »

Coordination du projet : Bernadette Tillard (Clersé)

Composition de l’équipe scientifique au Clersé : Bernadette Tillard , Geneviève Cresson et Olivia Volpi

Autre membre du projet : Association Accueil et Réinsertion sociale (ARS) - Coord. Jean-Yves Jalain

Financement : Conseil régional Nord-Pas de Calais

Durée du projet : (36 mois) 2013 - 2016 (prolongé jusqu’au 24 juin 2017)

Résumé :

Ce projet réunit chercheuses en sciences humaines et professionnels de structures d’action sociale dédiées aux femmes victimes de violences conjugales. Il vise à améliorer la santé des femmes victimes de violences conjugales, et à développer la collaboration entre les milieux de la recherche et de l’action sociale, en développant une recherche-action marquée par l’échange des savoirs et la validation méthodologique à tous les stades de son évolution.

Ces objectifs sont :

  • Améliorer, systématiser et pérenniser le recueil et l’analyse de données sur la santé des femmes victimes de violences conjugales recourant aux structures du Pôle Violences Conjugales de l’association l’ARS, en particulier sur les questions de santé sexuelles et d’addictions (Clersé et ARS)
  • Etudier les effets des rapports sociaux de sexe et de classe sur le recours aux soins et à l’aide sociale des femmes victimes de violences conjugales (Clersé) ;
  • Etudier les mesures qui, dans l’accompagnement des usagères des structures du Pôle Violences Conjugales de l’association ARS, peuvent contribuer à améliorer leur état de santé et leur accès aux soins (Clersé) ;
  • Créer des formations internes pour accroître l’expertise des professionnels des structures du Pôle Violences Conjugales de l’association ARS (ARS) ;
  • Créer des formations externes visant à sensibiliser aux violences conjugales les professionnels locaux du monde médical, en particulier aux questions de santé sexuelle et d’addiction (ARS) ;
  • Diffuser les résultats de la recherche-action auprès des professionnels de l’action sociale, notamment les associations de la FNSF ; auprès du milieu scientifique ; auprès du grand public ; auprès du milieu médical ; auprès des décideurs politiques (ARS et Clersé).
  • Elaborer une démarche innovante dans la recherche-action, fondée sur l’échange des savoirs et des pratiques entre l’équipe associative et l’équipe universitaire, et impliquant également les usagères dans l’élaboration de mesures et de dispositifs novateurs (ARS et Clersé).

Contact : Bernadette Tillard


-  Appel à projets "Systèmes agricoles et environnement en Nord-Pas de Calais" Conseil régional Nord-Pas de Calais (2012) - Direction de la recherche

Titre du projet : Analyse des formes d’installation agricole en zone de fermage et de leur influence sur le renouvellement des générations

Membres du Clersé participants au projet : Samuel Pinaud, Stéphanie Barral, Fabien Eloire, Benoît Lallau, Ornella Boutry

Financement : Conseil régional Nord-Pas de Calais

Durée du projet : 06/06/2013 - 30/10/2017

Résumé  : Cette recherche analyse la transmission des exploitations agricoles sous différents aspects :

  • Analyse des pratiques de transmission en lien avec la structuration du marché foncier ;
  • Analyses des facteurs économiques, juridiques et sociaux et du contexte institutionnel ;
  • Analyse de l’influence de l’agriculture belge et comparaison avec d’autres régions de France (exemple : Ile de France).

L’objectif est aussi de valoriser ce travail sous différentes formes et initier un travail en région de réflexion sur les mesures politiques à envisager
en lien avec la volonté de valoriser les installations agricoles par transmission ou par création, et ainsi de participer au renouvellement des générations en agriculture.

Contact : samuel.pinaud@univ-lille1.fr, stephanie.barral@univ-lille1.fr


-  Appel à projets du Programme Chercheurs Citoyens du Conseil régional Nord-Pas de Calais (2012)  :

Titre du projet : L’habitat participatif, essor de nouvelles formes de rapport à la ville ?

Coordination du projet  : Abdelhafid Hammouche (Clersé)

Membres du Clersé participants au projet  : Jeoffrey Magnier (doctorant)

Autres partenaires du projet  : Association ECO HABITAT GROUPE et CETE Nord Picardie

Financement  : Conseil régional Nord-Pas de Calais

Durée du projet : (36 mois) 01/09/2013-31/08/2016

Résumé :

L’habitat participatif est en plein essor depuis 2-3 ans.

Le projet de recherche entend observer et comprendre ce phénomène. Le CLERSE est un laboratoire de recherche qui travaille notamment sur la sociologie des espaces urbains. A travers le programme « villes, normes et institutions », il mobilise trois niveaux d’analyse : les politiques publiques, les organisations, et les individus dans leur trajectoire biographique, pour étudier les mutations des quartiers populaires. Les travaux menés sur les projets d’habitat participatifs dans ces quartiers bénéficieront donc de la méthodologie développée et des résultats obtenus, et contribueront en retour à enrichir cette approche.

Outre ces travaux scientifiques, le projet de recherche intègre deux autres contributions : celle de l’association Eco Habitat Groupé et celle du CETE Nord-Picardie. Eco Habitat Groupé est une association nationale, issue de Mouvement pour l’Habitat Groupé Autogéré, fondé en 1977. Elle bénéficie donc d’une expérience de plus de 30 ans, acquise par plusieurs dizaines de groupes d’habitants, dans ce domaine. Sa future agence régionale en Nord-Pas-de-Calais, en cours de constitution, participera au projet de recherche, pour contribuer à orienter la problématique et enrichir les résultats à partir de son expérience.Le CETE Nord Picardie (bureau d’études public, service du ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie) contribuera également au projet de recherche en mobilisant ses experts du pôle de compétences et d’innovation « montages complexes de projets contractuels » pour analyser les montages juridiques et financiers des projets. Il pourra également mener une étude évaluative de la réglementation actuelle, et proposer son évolution pour améliorer l’efficacité des politiques publiques.

Le projet de recherche entend étudier plus précisément les groupes qui se constitueront en réponse à l’appel à projet d’habitat participatif de la Ville de Lille. Les équipes candidates seront retenues à l’été 2012, et leurs projets pourront donc être étudiés en temps réel, au fil de leur élaboration. Les travaux de recherche ne se limiteront pas à ces sites, car il sera certainement nécessaire d’établir des comparaisons avec d’autres projets.

Contact : Abdelhafid Hammouche



Etudes et recherches en cours du centre associé Céreq-Clersé

-  Accord général d’association entre le Céreq et le Clersé

Coordination au Clersé  : Marie-Hélène Toutin

Membres de l’équipe au Clersé :

Benoit Cart, Bernard Convert (Co-directeur), Martine Pernod (Co-directrice), Marie Hélène Toutin (Chargé d’étude Céreq- Clersé), Hélène Ducourant (chercheur associé au Clersé), Alexandre Léné (chercheur associé au Clersé), Ophélie Costenoble (contractuel Clersé) Valérie Henguelle (chercheur associé au Clersé)

Financement : Céreq /Clersé

Durée du projet : Permanent

Résumé :

Le Céreq est un établissement public qui dépend du ministère de l’éducation nationale, du ministère de l’économie et du ministère du travail. Pôle public d’expertise au service des acteurs de la formation et de l’emploi, le Céreq concilie production de statistiques, recherches, études et accompagnement et évaluation d’actions Des opérations sont ainsi menées en partenariat avec les collectivités territoriales, régionales ou locales, ou avec des organismes étrangers. D’autres études sont conduites pour ou avec des entreprises publiques ou privées, pour des branches professionnelles et des organisations syndicales de salariés. Outre sa maison-mère à Marseille, le Céreq s’appuie sur un réseau de 16 centres associés régionaux (CAR), répartis dans toute la France, implantés dans des laboratoires ou des unités de recherche et ayant une compétence régionale ou interrégionale. C’est dans ce cadre qu’existe depuis 1971 une convention générale d’association qui lie le Céreq et le Clersé et qui précise chaque année le programme de travail du CAR de Lille. Les chercheurs du CAR insérés au sein du laboratoire assurent quatre fonctions complémentaires :

  • ils participent à la définition des orientations à moyen terme du Céreq en apportant les savoirs disciplinaires développés au sein du laboratoire de rattachement ;
  • ils contribuent au programme de travail du Céreq et à l’exploitation des enquêtes nationales ;
  • ils répondent à des appels d’offre sur différentes thématiques de l’analyse de la relation formation emploi : l’alternance, la professionnalisation, l’insertion, l’acquisition de compétence, l’évaluation des politique publiques... ;
  • ils contribuent à l’activité du laboratoire d’accueil : participation aux groupes TEF, SERAS du Clersé, réponse aux appels d’offres du Clersé, séminaires, organisation de colloques et des journées d’études du Clersé…
  • Enfin, le CAR Céreq de Lille fait partie des membres du Réseau l’Oref Nord-Pas de Calais (Observatoire régional de l’Emploi et de la Formation). Il y assure un appui aux instances régionales en matière d’outils, de méthodes et de réalisation d’études sur la relation formation-emploi en région par une participation à différents groupes de travail thématique – sur le décrochage, sur les itinéraires de professionnalisation…- mais aussi par la réalisation de l’exploitation régionale de l’enquête Céreq « Génération 2004 et 2007 ».

Site du Céreq : http://www.cereq.fr/index.php/Annuaire/Centre-associe-regional-de-Lille

Contact : Marie-Hélène Toutin