Accueil > Projets et partenariats > Nationaux et Régionaux

Projets nationaux et régionaux

par COQUARD Marie-Pierre - publié le , mis à jour le

Projets ANR en cours

Projets MESHS en cours ( émergents, partenariaux, CPER)

Autres projets en cours

Etudes et recherches en cours du centre associé Céreq-Clersé


Projets ANR en cours


-  Projet ANR - AAP générique 2017 (projet de recherche collaborative (PRC))

Titre du projet : Entre profession et famille, les cadres du travail d’aide aux personnes âgées
Acronyme : PROFAM

Coordination générale du Projet  : Annie Dussuet au Centre Nantais de Sociologie (CENS UMR 6025), Université de Nantes

Coordination du Projet au Clersé : François-Xavier Devetter (Prof. en économie)

Autre membre de l’équipe au Clersé : Placide Abasabanye (doctorant)

Autres laboratoires partenaires : Droit et Changement social (DCS), Espace et Sociétés Nantes (ESO-Nantes), Laboratoire d’études et de recherche en sociologie (LABERS), Laboratoire de droit (Lab-LEX), WZB (Berlin), Centre interdisciplinaire de Recherches Travail, Etat, et Société (CIRTES)
Durée du projet : 15 janvier 2018 à 14 janvier 2021 (36 mois)

Résumé :

Le projet de recherche collaboratif PROFAM analyse les transformations du travail d’aide aux personnes âgées en perte d’autonomie dans un contexte de vieillissement démographique, mais aussi de restriction des budgets affectés aux politiques sociales. Cette aide prend des formes extrêmement variées et portées par un ensemble d’acteurs à la visibilité sociale contrastée : les plus visibles, salarié.e.s ou indépendant.e.s, effectuent un travail rémunéré ; les plus invisibles, parents proches, voisins, amis, bénévoles associatifs ou informels, apportent une aide le plus souvent non rémunérée. L’objectif de PROFAM est d’analyser conjointement l’ensemble des formes de ce travail. PROFAM cherche à retracer les modalités des transformations de la division sociale de ce travail entre sphère privée et sphère publique, afin de mesurer les effets des différentes formes prises par le travail d’aide, en termes professionnels tout particulièrement, sur l’égalité femmes-hommes. PROFAM tentera ainsi de mesurer comment les normes de genre, les jeux d’acteurs, l’usage des différents droits, et les ressources territoriales, en déterminant les cadres du travail d’aide, influent sur les pratiques des « aidant.e.s » et la qualité de leurs emplois.

Contact : François-Xavier Devetter


-  Projet ANR - AAP générique 2016 (projet de recherche collaborative (PRC))

Titre du projet : Des accords collectifs pour l’égalité femme/homme - Collective Agreements for Gender Equality
en savoir+
Acronyme : CAGE

Coordination générale du Projet  : Nathalie Greenan (Directeur de recherche, CEET- CNAM)

Coordination du Projet au Clersé : Sylvie Célérier (Prof. en sociologie, CLERSE(UMR 8019)-Université Lille 1)

Autres membres de l’équipe au Clersé : Anne Bustreel (MCF, Université Lille 1), Martine Pernod-Lemattre (MCF, Université Lille 1), Claire Flecher (post-doctorante recrutée sur le projet, 12 mois)

Autres laboratoires partenaires : Groupe d’Analyse des Itinéraires et des Niveaux Salariaux (GAINS EA 2167), Centre d’histoire sociale du XXe siècle (CHS UMR 8058), Cités territoires, environnement et sociétés (CITERES UMR 7324)

Durée du projet : du 02/2017 au 02/2020 (36 mois)

Résumé :

Le projet CAGE propose une analyse multidisciplinaire (sociologie, histoire moderne et économie) des pratiques de négociation sur l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans les établissements et entreprises françaises. Combinant les approches qualitative, quantitative et économétrique, la recherche vise deux principaux objectifs : (i) contribuer à la connaissance et à la compréhension de la négociation collective pour l’égalité des genres en milieu de travail en suivant la façon dont elle a évolué en relation avec les changements législatifs ; (ii) vérifier si la dernière décennie de changements législatifs a été efficace dans la réduction de ces inégalités en examinant les circonstances dans lesquelles ces changements se sont révélés efficients.

Contact : Sylvie Célerier


-  Projet ANR - AAP générique 2016 (projet de recherche collaborative (PRC))

Titre du projet : Quel genre de manager avant 40 ans ? Faits et discours dans 4 pays européens
en savoir+
Acronyme : WOMAN

Coordination générale du Projet  : Vanessa Di Paola (Maître de Conférences, LEST UMR 7317)

Coordination du Projet au Clersé : Martine Pernod(Maître de Conférences, Université Lille 1)

Autre membre de l’équipe au Clersé : Anne Bustreel (MCF, Université Lille 1)

Autres laboratoires partenaires : LEST UMR 7317, CEREQ (Marseille), University of Warwick - Institute for Employment Research (IER, Royaume-Uni), Linnaeus University - School of Business and Economics (SBE, Suède), Université de Lausanne - Institut des Sciences sociales (ISS, Suisse), Haute école de travail social et de la santé (EESP, Suisse), Haute école de santé Vaud (HESAV, Suisse)

Durée du projet : du 1er décembre 2016 au 30 novembre 2020 (48 mois)

Résumé :
Ce projet propose d’étudier les mécanismes à l’oeuvre dans l’accès, l’exercice et l’avancement dans les métiers d’encadrement des femmes en première partie de carrière, et ce dans quatre contextes sociétaux (France, Royaume-Uni, Suisse et Suède). Le parti pris est de se focaliser sur cette période au cours de laquelle les femmes sont à la fois prises par l’intensité de leur investissement professionnel lié à l’exercice de ce type de responsabilités à un moment où les opportunités de promotion sont importantes et, éventuellement fortement mobilisées dans la constitution d’une famille et l’engagement temporel qui lui est inhérent. L’objectif vise à articuler simultanément plusieurs niveaux d’analyse : le niveau individuel, le niveau des pratiques organisationnelles de la gestion de la main-d’oeuvre et celui de l’action publique. La confrontation des contextes sociétaux permet de mettre en évidence les interactions entre les dimensions éducatives, professionnelles, familiales et institutionnelles agissant sur la composition genrée de ces professions de managers.
La méthodologie recourt à la fois à des analyses quantitatives et qualitatives, mobilisant l’économie et la sociologie. A travers l’approche économétrique et le recueil des discours sur les parcours individuels, il s’agit de cerner ce qui facilite ou au contraire freine l’accès et l’exercice des fonctions d’encadrement, en mettant en regard freins, facilitateurs et conditions sociales de leur production. Au-delà des parcours, ce sont également les registres de justification des responsables hiérarchiques pour favoriser (ou non) la féminisation des fonctions d’encadrement qui sont étudiés, ces discours, par hypothèse, contribuant, dans chaque pays de manière singulière, à reproduire la division sexuée du travail via une vision stéréotypée des compétences "féminines" et "masculines".

Contact : Martine Pernod-Lemattre


Dans le cadre des appels à projets MESHS : projets émergents, partenariaux, CPER en cours

- Projets émergents 2017-2018 :

ECOREPU : Y-a-t-il une économie politique républicaine ? .
Le projet repose sur le constat de l’absence de lien réciproque entre le programme républicain et l’économie politique, alors même que certains prônent aujourd’hui la nécessité d’une économie politique républicaine.
Coordination : Thierry Demals (Clersé, UMR 8019)


Autres projets en cours


-  Marché Public avec la DARES, Ministère du travail "Réalisation de quatre études de nature qualitative ayant pour objectif d’analyser la mise en oeuvre du programme expérimental visant à la résorption du chômage de longue durée. - Marché N° M2017/04

Titre du projet : Analyser la mise en oeuvre du programme expérimental visant à la résorption du chômage de longue durée. Lot 4 : Territoires urbains : Métropole européenne de Lille, Paris 13, Villeurbanne.

Coordination : Florence Jany-Catrice (Pr en économie, Clersé UMR 8019, Université de Lille Sciences et Technologies)

Autres participants :

  • Anne-Fretel (MCF en économie, Clersé), François-Xavier Devetter (Pr en économie, Clersé), Anne-Laure Federici (PAST, Lille),
  • Damien Sauze (MCF en économie, Triangle, Université Lyon 2), Sylvain Vatan (MCF en économie, Triangle, Université Lyon 2), Laure Bazzoli (MCF en économie, Triangle, Université Lyon 2),
  • Philippe Semenowicz (Prag, et associé ERUDITE, Université Paris-­Est Marne-­la-­Vallée), Chaire-ESS (UPEM)

Durée du projet : 9 janvier 2018 au 8 janvier 2021 (36 mois)

Contexte :

La loi du 29 février 2016 instaure un nouveau programme expérimental d’une durée de cinq ans visant à la résorption du chômage de longue durée. Dix territoires-pilotes ont ainsi été choisis pour créer des emplois "utiles" sur les territoires dans des activités « pérennes et non concurrentes aux activités déjà présentes sur le territoire ». La philosophie de ce nouveau programme ainsi que l’ensemble des textes officiels se trouvent détaillés sur le site https://www.tzcld.fr/.

L’un des piliers fondamentaux du programme réside dans son modèle économique. En substance, le chômage de longue durée fait intervenir de nombreuses aides financières et en nature qui si elles étaient réorientées vers de l’emploi non directement et immédiatement solvable, présenteraient un solde coût/bénéfice bien plus avantageux pour la société et bien sûr pour les bénéficiaires. Ainsi, par la création de ces emplois subventionnés, les concepteurs du programme misent sur la richesse produite par les emplois mais aussi sur les bénéfices directs et indirects sur les personnes embauchées et leurs proches ainsi que sur les territoires, leurs habitants et leurs environnements naturel, social, économique, culturel…

Résumé : Le consortium porté par le Clersé de l’Université de Lille est lauréat du lot 4 portant sur les territoires urbains. L’analyse comporte 5 volets :

  • la genèse et de la gouvernance de l’expérimentation ;
  • le fonctionnement des EBE et leur modèle économique ;
  • la trajectoire des salariés recrutés ;
  • l’idée d’utilité sociale" des activités développées ;
  • l’impact social territorial de l’expérimentation.

Contact au Clersé : Florence Jany-Catrice


-  Marché Public avec le Syndicat Mixte du Parc naturel régional des Caps et Marais d’Opale "Le bocage boulonnais : pour une évolution des perceptions et des usages"

Titre du projet : Analyse de la perception et des ReprésentAtions du Bocage boulonnais Et des Services éCOsystémiques associés

Acronyme : ARABESCO

Coordination : Hélène Melin (MCF sociologie/ethnologie, Clersé UMR 8019, Université de Lille Sciences et Technologie)

Autres participants : Olivier Petit (MCF économie, Clersé , Université d’Artois), Muriel Maillefert (Pr. aménagement et urbanisme, EVS UMR 5600, Université Jean Moulin)

Durée du projet : 18 mois (2017-2018-2019)

Résumé :

Le projet présenté ici vise à répondre à la demande du PNR Caps et Marais d’Opale de mener, en collaboration pluridisciplinaire, une enquête ethnosociologique sur l’évolution des perceptions que les habitants portent sur le bocage boulonnais accompagnée d’une étude des services « écosystémiques » des composantes de ce paysage.

Nous proposons d’y répondre en associant des étudiants de niveau master 1 et master 2 en sociologie et anthropologie, en économie et en aménagement.

Le projet s’attachera de façon conjointe, à relever, analyser et mettre en perspective, les différentes appréhensions sociales et culturelles du bocage ainsi que ces usages économiques. L’objectif de cette étude sera de pouvoir à la fois Identifier les perceptions du bocage boulonnais par les habitants ; Identifier et analyser les services rendus par les différentes composantes du paysage bocager ; tirer de ces deux précédents objectifs un ensemble de préconisations pour le PNR sur l’avenir du bocage et sur les outils et instruments susceptibles de répondre aux attentes des habitants et des acteurs locaux.

Contact au Clersé : Hélène Melin


-  Convention de recherche avec la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) du Ministère des affaires sociales et de la santé

Coordination : François-Xavier Devetter

Autre participant : Laura Nirello (post-doctorante recrutée sur le projet au Clersé)

Durée du projet : 26 mois (23 janvier 2017 au 22 mars 2019)

Résumé :

L’objet de la convention porte sur deux activités :

  • L’organisation d’un séminaire de recherche sur l’économie collaborative et la protection sociale
  • La réalisation d’un état des lieux et d’une recherche sur la quantification des besoins des personnes âgées dépendantes, en termes d’établissements et de services d’accompagnement.

Contact au Clersé : François-Xavier Devetter ;


-  AAP ESPE 2017 projets de recherche

Titre du projet : Parcours scolaires de réussite « en contexte » des élèves de milieux populaires

Participants du Clersé : Coord. Sébastien Jakubowski (Pr. sociologie, Espe LNF), Brigitte Montfroy (MCF sociologie, Espe LNF)

Autre participant : Catherine Barthon (Laboratoire Discontinuités à l’Université d’Artois)

Durée du projet : 2017

Résumé :


Ce projet constitue la suite d’une recherche en cours, entamée en 2015, qui a pour objet l’analyse des parcours de réussite scolaire des élèves issus de milieux populaires et des dispositifs scolaires - institutionnels et/ou pédagogiques - ayant favorisé cette réussite. L’originalité de ce projet est double : elle est d’une part, de s’intéresser aux parcours de réussite scolaires des élèves d’origine populaire, et non pas à leurs difficultés, et d’autre part d’appréhender la réussite scolaire "en contexte" intégrant dans l’analyse les dimensions spatiale, territoriale et institutionnelle des parcours des élèves, dimensions peu prises en compte généralement dans l’analyse des inégalités scolaires.
Contact au Clersé : Sébastien Jakubowski ;


-  AAP CNRS MASTODONS 2017 "Les Big Data en recherche"

Titre du projet : Système multi-agents pour l’analyse statistique et économétrique de données massives.

Acronyme : MAS4DATA

Coordination : Maxime Morge (MCF, Crystal UMR 9189, Université Lille 1)

Participants du Clersé : Virginie Delsart (MCF économie), Nicolas Vaneecloo (Pr. économie)

Durée du projet : 2017

Résumé :

en savoir +
Ce projet adopte une approche interdisciplinaire associant sciences informatiques et économie pour identifier :

  • les défis liés à la gestion de données, incluant les calculs sur des données massives et le parallélisme orienté données ;
  • les défis liés à la production de connaissances incluant l’extraction d’information et les requêtes complexes sur les données massives

Contact au Clersé : Virginie Delsart


-  AAP 2015 Systèmes agricoles et environnement en Nord – Pas de Calais - Conseil régional Hauts de France

Titre du projet : NORmes Environnementales - Activités aGRIcoles et Autonomie d’exploitation
Acronyme du projet : NORE-AGRIA
Coordination du projet  : Sylvie Célérier (Prof. en sociologie, Université Lille 1, Clersé)
Autres membres de l’équipe au Clersé : Ornella Boutry (MCF économie, Lille 1), Julien Choquet (IGR, Lille1), Catherine Comet (MCF économie, Lille 1), Hélène Melin (MCF sociologie, Lille 1), Héloise Petit (Prof. économie, Lille 1,
Autres partenaires du projet : Centre d’Etudes pour le Développement d’une Agriculture Plus Autonome et Solidaire – Nord-Pas de Calais (CEDAPAS), Groupement des Agriculteurs Biologiques du NORd-Pas de Calais (GABNOR)

Durée du projet : du 1er avril 2017 au 31 octobre 2019 (30 mois)

Résumé :

Le développement de diverses formes d’agriculture plus respecteuses des ressources naturelles et des besoins des consommateurs est aujourd’hui largement institutionnalisé tant au niveau national que régional. Dans ce cadre général, la recherche s’intéresse centralement :

  • aux transformations du métier d’agriculteur que ce développement suppose, notamment quant à la prise en compte des normes environnementales,
  • aux conditions socio-économiques de l’exercice agricole et aux marges de manœuvre laissées aux exploitants dans ces nouveaux schémas de production agricole

La recherche porte sur deux filières bien représentées dans la région et dont les conditions de mutation agro-biologique diffèrent fortement : la filière lait et la filière grande culture. L’objectif est de caractériser les diverses situations d’exploitation relativement aux enjeux environnementaux explorant les variations du métier et les conditions socio-économiques d’exploitation.

Contacts au Clersé : Sylvie Célérier ; julien.choquet@univ-lille1.fr


-  AAP 2015 Systèmes agricoles et environnement en Nord – Pas de Calais - Conseil régional Hauts de France

Titre du projet : Agriculture et proximité, gouvernance alimentaire et territoires
Acronyme du projet : AproTer
Coordinateur du projet  : Nicolas Rouget au CALHISTE (MCF, Université de Valenciennes)
Coordination du projet au Clersé  : Ornella Boutry (MCF en économie, Université Lille 1)
Autre membre de l’équipe au Clersé : Sylvie Célérier (Prof. en sociologie, Université Lille 1)
Autres partenaires du projet : Nantes-ESO, CERAPS (Université Lille2), TVES (Université Lille 1), Association Terres en Villes, MEL, Communauté d’agglomération du Douaisis

Durée du projet : 01/03/2017 à 29/02/2020

Résumé :

Dans un contexte caractérisé par l’accroissement des demandes sociales de nature et de remise en cause des modèles productivistes de la production et de la distribution alimentaire, ces dernières décennies ont été marquées par le retour de l’agriculture dans la cité et ont scellé une alliance nouvelle entre nature, ville et agriculture à des fins aménitaires dans un premier temps, puis surtout nourricières. La question de la relocalisation de la production alimentaire à proximité des marchés de consommation n’est pas celle d’assurer la quantité mais d’assumer pleinement la fonction complexe tout à la fois sanitaire, sociale et environnementale de l’alimentation. La question alimentaire, par ailleurs, façonne la ville, ses territoires, mais également pénètre ses institutions. C’est donc bien la question de la dynamique globale de la relocalisation alimentaire que nous proposons d’examiner dans son état et dans ses perspectives (durabilité et environnement, trajectoires agricoles, autonomie et dépendance aux filières amont et aval, foncier et multifonctionnalité, trame verte, gouvernance et projet de mise en valeur des espaces productifs agricoles).
Contacts au Clersé : Ornella Boutry ; Sylvie Célérier


-  CPER 2015-2020 - Conseil régional Hauts-de-France

Titre du projet : CLIMIBIO

Coordination du projet  : Pascale Desgroux (PC2A UMR CNRS 8522, Lille 1) et Xavier Vekemans (EEP UMR CNRS 8198, Lille 1)

Financement : CPER (Contrat de Plan Etat Région), Conseil régional Hauts-de-France
Durée du projet : 2015-2020
Résumé :

CLIMIBIO est un projet environnemental pluridisciplinaire de la région Hauts-de-France. Il a pour but d’étudier l’évolution des milieux et du climat, d’analyser les impacts de ces évolutions sur la biodiversité, la qualité de l’air, la santé, la société et d’envisager les perspectives et stratégies d’adaptation à ces changements.
Voir le site internet dédié au projet : http://climibio.univ-lille.fr/
Participants du Clersé au projet CLIMIBIO : Ornella Boutry (MCF économie, Lille 1), Florence Jany-Catrice (Prof. économie, Lille 1), Hélène Melin (MCF sociologie, Lille1), Olivier Petit (MCF économie, Université Artois), Thierry Ribault (CR CNRS), Grégory Pitrel (IGE), Mounia Ech Chite (IGE)
Contact au Clersé - coordination : Thierry Ribault


-  APPEL A PROJETS NEEDS du CNRS (Nucléaire, Energie, Environnement, Déchets et Société) - AAP 2016

Titre du projet : "Dispositifs d’Autogestion et de Cogestion de la Catastrophe : Organisation, Responsabilisation, Démocratie - Cogestion des Risques et Risques de la Cogestion"
Acronyme du projet : DACCORD-CORICO
Coordination du projet : Thierry Ribault (Clersé)
Partenaires :
Cette recherche interdisciplinaire sera menée par une équipe internationale dans le cadre du laboratoire international associé « Protection humaine et réponses au désastre » (InSHS, CNRS), piloté par le CLERSÉ (Lille) et la Maison franco-japonaise (UMIFRE 19-CNRS, Tokyo), en partenariat avec des laboratoires de recherches sur la transformation de l’État (CRESPPA, Paris), la sécurité humaine et la justice globale (univ. Doshisha, Kyoto), l’histoire des sciences (Univ. Maryland, USA), en santé et environnement (Univ. Fukushima, Univ. Okayama, Univ. Eastern Finland, ÉSÉ-Orsay) et en physique (CSNSM-IN2P3-Orsay).

  • Clersé : Thierry Ribault (CR CNRS économiste, coordinateur du projet NEEDS et directeur du LIA "Protection humaine et réponses au désastre") et Elisabeth Weinberg de Touchet (MCF, Histoire industrielle du Japon)
  • CRESPA (Paris)/UMIFRE 19USR 3331 Tokyo : Thomas Brisson (MCF, science politique=
  • Cécile Asanuma-Brice (postdoctorante, chercheuse associée à l’UMIFRE 19 et au CLERSE, Sociologie urbaine au Japon/Politiques de logement)
  • CSNSM-IN2P3 (Orsay) : DR CNRS Emérite, Harry Bernas (DR CNRS émérite, physique) et Anders Moller (DR CNRS, biologie)
  • Université Doshisha (Graduate school of global studies, Kyoto) : Anne Gonon (professeur en Sociologie, sécurité humaine et vulnérabilité en situation de catastrophe) et Moeko Minagawa (post-doctorante, science politique)
  • Université Fukushima (Faculty of Symbiotic Systems Science, Environmental Planning) : Shinobu Goto (co-production citoyenne des savoirs. Sciences environnementales)
  • Université Okayama (Dpt Human ecology) :Toshihide Tsuda (professeur d’épidémiologie, épidémiologie et sciences de l’environnement)
  • Université Eastern Finland (Dpt Environmental science) : Keith Baverstock (professeur, ancien responsable du Radiation Protection Programme à l’OMS-Europe. Radiobiologie)
  • Université Maryland (History Dpt, USA) : Kate Brown (professeur, histoire des sciences )

Financement : Mission pour l’interdisciplinarité - CNRS

Durée du projet : 2016 - 2017 (24 mois) / Financement obtenu pour 1 an (2016)

Résumé :

Le projet s’inscrit dans le prolongement de nos travaux portant sur les dispositifs de cogestion « citoyenne » de la catastrophe nucléaire de Fukushima, ayant reçu un soutien dans le cadre du programme NEEDS-CNRS en 2014 et 2015. Nous proposons, tout en approfondissant la compréhension de la manière dont la protection vis-à-vis de la menace radiologique est co-construite, de mettre l’accent sur le rôle des initiatives « citoyennes » cogestionnaires des dégâts dans la production et la circulation de la connaissance relative à la situation de contamination radioactive. A travers l’étude de la nature et du rôle de l’information et du savoir dans la gestion de l’accident nucléaire de Fukushima, nous entendons contribuer à mettre au jour l’articulation critique entre la production de connaissance et la protection humaine.
Contact : Thierry Ribault


-  Appel à projets Fondation de France 2014 : Quels littoraux pour demain ?

Titre du projet : SLIDE - "Quels Sentiers LIttoraux pour DEmain ? Analyse prospective et pluridisciplinaire de l’aménagement des sentiers côtiers en Méditerranée".

Coordination du projet  : Hélène Melin (Clersé UMR 8019)

Composition de l’équipe scientifique : Hélène Melin (Clersé UMR 8019), Samuel Robert, et Marie-Laure Trémélo (Espace UMR 7300) ; Johan Jouve, Marie-Antoinette Maupertuis, Muriel Poli et Maxime Vuillamier (LISA UMR 6240)

Autre partenaire du projet : Conservatoire Botanique National de Corse (CBNC)

Financement : Fondation de France

Durée du projet : (30 mois) novembre 2014 - avril 2017 (prolongation jusqu’au 31 décembre 2018)

Résumé :

Quels sentiers littoraux pour demain ? Face à la multiplication des offres de petite randonnée et à la quasi généralisation de l’outil « sentier » dans les politiques d’aménagement et de développement éco-touristique, ce projet questionne l’évolution des cheminements côtiers en Méditerranée dans une dynamique prospective de gestion et de protection des littoraux. Il s’agit de s’interroger sur l’évolution des formes et des rôles des sentiers sur trois maillages de cheminements en Haute Corse (Balagne) et dans les Bouches du Rhône (Côte Bleue et Iles du Frioul).

Ce programme propose d’étudier conjointement les objectifs initiaux et les finalités attendues de l’aménagement de sentiers en bordure littorale par les propriétaires et gestionnaires des sites, d’une part, et les pratiques et usages effectifs de ces chemins par les usagers, d’autre part. Cette recherche pluridisciplinaire (anthropologie, botanique, économie, géographie, histoire, linguistique, sociologie) doit permettre de mesurer les rôles potentiels et effectifs des circuits de promenades dans l’évolution de la gestion littorale, et ainsi contribuer à choisir la forme qu’ils devront prendre demain.

Contact : Hélène Melin



Etudes et recherches en cours du centre associé Céreq-Clersé

-  Accord général d’association entre le Céreq et le Clersé

Coordination au Clersé  : Marie-Hélène Toutin

Membres de l’équipe au Clersé :

Benoit Cart, Bernard Convert (Co-directeur), Martine Pernod (Co-directrice), Marie Hélène Toutin (Chargé d’étude Céreq- Clersé), Hélène Ducourant (chercheur associé au Clersé), Alexandre Léné (chercheur associé au Clersé), Ophélie Costenoble (contractuel Clersé) Valérie Henguelle (chercheur associé au Clersé)

Financement : Céreq /Clersé

Durée du projet : Permanent

Résumé :

Le Céreq est un établissement public qui dépend du ministère de l’éducation nationale, du ministère de l’économie et du ministère du travail. Pôle public d’expertise au service des acteurs de la formation et de l’emploi, le Céreq concilie production de statistiques, recherches, études et accompagnement et évaluation d’actions Des opérations sont ainsi menées en partenariat avec les collectivités territoriales, régionales ou locales, ou avec des organismes étrangers. D’autres études sont conduites pour ou avec des entreprises publiques ou privées, pour des branches professionnelles et des organisations syndicales de salariés. Outre sa maison-mère à Marseille, le Céreq s’appuie sur un réseau de 16 centres associés régionaux (CAR), répartis dans toute la France, implantés dans des laboratoires ou des unités de recherche et ayant une compétence régionale ou interrégionale. C’est dans ce cadre qu’existe depuis 1971 une convention générale d’association qui lie le Céreq et le Clersé et qui précise chaque année le programme de travail du CAR de Lille. Les chercheurs du CAR insérés au sein du laboratoire assurent quatre fonctions complémentaires :

  • ils participent à la définition des orientations à moyen terme du Céreq en apportant les savoirs disciplinaires développés au sein du laboratoire de rattachement ;
  • ils contribuent au programme de travail du Céreq et à l’exploitation des enquêtes nationales ;
  • ils répondent à des appels d’offre sur différentes thématiques de l’analyse de la relation formation emploi : l’alternance, la professionnalisation, l’insertion, l’acquisition de compétence, l’évaluation des politique publiques... ;
  • ils contribuent à l’activité du laboratoire d’accueil : participation aux groupes TEF, SERAS du Clersé, réponse aux appels d’offres du Clersé, séminaires, organisation de colloques et des journées d’études du Clersé…
  • Enfin, le CAR Céreq de Lille fait partie des membres du Réseau l’Oref Nord-Pas de Calais (Observatoire régional de l’Emploi et de la Formation). Il y assure un appui aux instances régionales en matière d’outils, de méthodes et de réalisation d’études sur la relation formation-emploi en région par une participation à différents groupes de travail thématique – sur le décrochage, sur les itinéraires de professionnalisation…- mais aussi par la réalisation de l’exploitation régionale de l’enquête Céreq « Génération 2004 et 2007 ».

Site du Céreq : http://www.cereq.fr/index.php/Annuaire/Centre-associe-regional-de-Lille

Contact : Marie-Hélène Toutin