Accueil > fiches_ouvrages

Violences conjugales. Rapports de genre, rapports de force

publié le

Violences conjugales



Abdelhafid Hammouche (Collectif sous la dir. de)

Editeur : Presses universitaires de Rennes, coll. « Essais »

ISBN : 978-2-7535-2049-3



Mettant en question les violences au sein du couple, des historiens, sociologues et psychologues éclairent ici les enjeux et les transitions contemporaines concernant les rapports de genre et leurs complexes recompositions, tenant compte des évolutions du droit, des pouvoirs depuis le XVIe siècle, de l’idéal conjugal, des situations migratoires, de l’emprise psychologique.'

Il ne s'agit pas de supposer que les couples sont inexorablement condamnés à des affrontements et il convient de se garder du cynisme comme de l'angélisme afin de considérer la dyade comme un lieu de tensions permanentes, plus ou moins vives, plus ou moins exprimées, afin de s'interroger sur la manière dont se forgent des lignes directrices du couple et chacun de ses membres. Cette approche pluridisciplinaire permet de complexifier socialement, d'apprécier dans le temps et de tenir compte de la dimension psychique des rapports de force tels qu'ils se manifestent dans les rapports de genre. Leurs fondements sont ainsi mis en question en approchant la structuration des institutions au principe des rapports sociaux de sexe tant dans la sphère privée (famille, sociabilité) que dans la sphère publique.'

Les rapports de force ne sont pas toujours manifestes et n'apparaissent pas à tout coup en tant que violence. Ils sont présents sous les formes les plus euphémisées jusqu'aux plus extrêmes avec des meurtres quasiment autorisés. S'ils s'expriment diversement et ne signifient pas non plus les mêmes dominations, ils reposent sur les institutions et sur l'intériorisation des normes. Ce croisement entre histoire, sociologie et psychologie constitue une nécessaire vigilance épistémologique pour nous préserver de tout évolutionnisme : non seulement la considération des droits des femmes n'est pas une avancée constante se vérifiant dans le temps mais il serait également dangereux de croire que notre époque est celle de leur consécration irréversible.

La définition des rapports de genre, la légitimation de l’égalité et la considération de l’autre restent des enjeux toujours d’actualité et cet ouvrage montre que les dynamiques sociales produisent des avancées mais aussi des régressions.



Avec les contributions de :
- Abdelhafid Hammouche, Marie-France Hirigoyen, Elisabeth Lusset, Patricia Mercader, Annik Houel, Helga Sobota, Jacques Laporte, Safaa Monqid, Gérard Neyrand, Irène Théry, Victoria Vanneau, Éliane Viennot et Agnès Walch.